Portrait : Patricia Urquiola ou l’art du raffinement